Moscovici : "Sarkozy doit être ferme avec Bush"

 

Propos recueillis par Karen LAJON

 

Ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Pierre Moscovici est secrétaire national aux relations internationales du Parti socialiste. Il réagit à la rencontre entre George Bush et Nicolas Sarkozy, samedi 11 août, dans la propriété de la famille Bush, à Kennebinkport, dans le Maine, ainsi qu'à la politique étrangère de la France depuis l'élection présidentielle. Extraits.

 

Que pensez-vous de la rencontre d'hier?

Sur le principe, il n'y a aucun reproche à faire, George Bush étant le président actuel et légitime des États-Unis. Mais je crois que le signal donné est avant tout à usage médiatique. Nicolas Sarkozy est plus inspiré par John Kennedy que par le général de Gaulle. Il est le plus atlantiste des hommes politiques français. Il est fasciné par les Etats-Unis et ne craint pas de le faire savoir. Il donne à nos partenaires américains un signe fort. Mais il faut prendre garde à ne pas en rajouter.

 

Est-il opportun de s'afficher avec un président tellement décrié et en fin de mandat?
George Bush est encore président, la visite est logique, mais il faut rester lucide. Nous avons avec les Etats-Unis une relation d'alliance, d'amitié. Tout anti-américanisme est stupide, mais tout suivisme l'est autant. George Bush n'est pas l'Amérique. C'est un homme aujourd'hui profondément rejeté, en fin de parcours, un " lame duck ", un canard boiteux, qui cohabite avec un congrès démocrate. C'est un président qui a commis énormément d'erreurs et ce serait une lourde faute que d'afficher à son égard une amitié ostensible, une complaisance marquée. Nicolas Sarkozy doit lui adresser des messages de très grande fermeté. Il y a une dizaine de jours, Gordon Brown (Premier ministre britannique) s'est distancié avec force et éclat du président américain. Le président de la République française doit, au moins, en faire autant. Il serait quand même paradoxal qu'on trouve aujourd'hui une Grande-Bretagne qui prend ses distances, et une France qui s'aligne, au moment où le président Bush est discrédité !

 

Retrouvez l'intégralité de cette interview et notre reportage sur la rencontre Bush-Sarkozy dans Le Journal du Dimanche en kiosques demain, dimanche 12 août.