Your Most Trusted Source of Foreign News and Views About the United States

In 2020, America Will Still Dominate Global Economy

A new study by the Deutsche Bank Group holds good news for the United States, with the latest forecasts showing that America will continue as the key driver of the global economy, its currency will remain the most trusted, and its demographics will be the envy of the world. But for Europe, the prognosis is not so promising, explains the president of Deutsche Bank France in this op-ed from French newspaper LeFigaro.

By Jacques-Henri David*

August 25, 2005

Le Figaro - Home Page (French)    

What will the world’s economy look like in 2020? What will the power relationships be amongst the United States, the European countries, China and India? Where will the largest areas of growth be? These questions call to us today, as society engages in a vast debate on globalization and its consequences.

I would like to add my contribution to this discussion, beginning with the results of a recent study by the Deutsche Bank Group, which analyzes the macroeconomic evolution of the major continents over the next fifteen years.

Combining the theories of growth and analyzing the evolution of development in the 34 principal countries in the world, this study apprehends the principal factors affecting growth and the trends at work today. It draws up a probability chart of the economic situation for the world in 2020, and the results of these projections are fascinating.

In 2020, the United States will remain the world superpower, with a total GNP of approximately $17 trillion to $18 trillion. Thanks to its dynamic demographics (1% annual population growth), a productivity and a competitiveness amongst the best in the world (currently second in the world and far out in front of Germany (13th) or France (26th) according to statistics from the World Economic Forum), and thanks also to its constant drive to create and innovate, and with flexibility due to the mobility of its labor force, the United States will maintain a clear advantage over China and India and will widen the gap with Europe. With average per capita salaries of approximately $55,000, the income of the average American in 2020 will be 1.5 to 2 times greater than that of a European; five times higher than that of a Chinese and nine times more than that of an Indian (approximately $6,000 per capita).

China will indisputably be the world’s second greatest economic power, with a GNP of some $14 trillion, or three times higher than today.

That of course assumes that beyond the inevitable short-term risks, no major social crisis interrupts the long-term dynamics: a progressive opening to the outside, an increase in domestic consumption, strong growth - in particular in foreign investment, and the rapid improvement in the qualifications of China’s working population (China already has the same number of engineers and technicians as the West, and more than any of the large European countries). Even more than today, China in 2020 will be the industrial workshop of the world.

Paradoxically, one of its handicaps will be an aging population, due to the delayed impact of its "one child policy." By 2020, the median age in China will be approximately 40 years, which will be higher than in the United States.

The world’s third greatest economic power will be India, but far behind the first two, with a GNP of about $7 trillion.

India should be the uncontested champion in terms of growth, due its demographics, its highly qualified labor force, the ease with which it can be integrated into the global economic system thanks to the wide use of English throughout its population, and thanks also to its mastery of communications technologies, especially the Internet. If China can be held out as the world’s future industrial workshop, India will undoubtedly be one of the great service societies.

In Europe, Germany, France, along with Italy and the United Kingdom, should lose ground in the world competition with a GNP per country of about $2 to 2.5 trillion.

European Per Capita Income as of 2002 [UNDP]

While European countries will remain rich in terms of per capita income (about $32,500), their relative weight will decline with their demographics and weaker growth (on average, almost half as much as the United States). Countries like Spain or Ireland will experience a higher level of development than the European average, thanks to a wider opening of their economies to the outside, the dynamism of their investments, good population growth forecasts and effective immigration policies.

Ireland, for example, in 2020 will have the second highest GNP per capita in the world, just behind the U.S. The increased weight of these new stars on the European landscape will not, however, be sufficient to compensate for the retreat of its historic champions [Britain, France, Germany] who will feel the full weight of their society’s declining demographics [aging populations].

This report must not find us indifferent, and it suggests a certain number of remarks. It is also a call to action. There is, first of all, some good news: the resilience and performance of the United States. Indeed, a major concern about economic and financial conditions today are ballooning American deficits and fear that the monetary system will implode as the fall of the dollar accelerates, which would lead to a grave global crises.

Actually, because the United States will remain the world’s superpower for the next two decades, the dollar still has some beautiful days ahead of it, remaining the key international reserve currency, so American budget deficits should remain under control, can be financed, which should avert a major international crisis.

Another conclusion: the European countries must, without delay, reconstruct their political project to find the real dynamics of integration. Without that, individually, we will all be relegated to third class. We must do everything to reverse current tendencies by mobilizing our assets: our infrastructure, our capacity to undertake research and development, our "rules of law," the depth and effectiveness of our financial markets, and the importance of saving levels ... We must develop all of these elements to the maximum in order to compensate for our handicaps: stagnant demographics and a lack of flexibility in our social structures.

To take only one example in regard to future technologies: In France we have a perfect command of nuclear power. Nuclear power being the oil of tomorrow, it is a considerable advantage. Many other fields have the same logic: biotechnology, technologies of communication and knowledge, pharmacy, health, etc. We must completely mobilize ourselves to these issues, starting with the project of European integration.

Whatever the hazards of the now-broken process for approving the European Constitution, nothing prevents our governments from promoting practical projects, combining political goodwill and budgetary efficiency. In this way we can recapture the dynamism of the European political project that is now so lacking.

Finally, I dare say that to overcome Europe’s demographic shortcomings in the years to come, it will be necessary for us to lay down and implement a more finely-tuned immigration policy. In spite of the sensitivity of the subject, we shouldn’t underestimate the determinative role that the population structure will have in the future, in particular the average age and qualifications within society and on growth around the world. This is one of the great challenges that Europe must rise to.

*President of the Deutsche Bank Group in France.

Below is the French Version:

2020: New York, Pékin, Delhi et les autres

A quoi ressemblera l'économie mondiale en 2020 ? Quels seront les rapports de forces entre les Etats-Unis, les pays européens, la Chine, l'Inde ? seront les grands pôles de croissance ? Ces questions nous taraudent aujourd'hui, alors qu'un vaste débat de société s'est engagé sur la mondialisation et ses conséquences.

Je voudrais apporter ma pierre à cette discussion à partir des résultats d'une récente étude du groupe Deutsche Bank qui analyse les évolutions macroéconomiques des grands continents pour les quinze ans à venir.

Combinant les théories de croissance et une analyse des évolutions actuelles dans les 34 principaux pays du monde, cette étude appréhende les principaux facteurs de croissance et de progrès aujourd'hui à l'oeuvre. Elle dresse une carte probable de la situation économique du monde en 2020. Les résultats de ces projections sont fascinants.

En 2020, les Etats-Unis resteront la superpuissance mondiale, avec un PNB global d'environ 17 à 18 trillions de dollars.

Grâce à une démographie dynamique (1% de croissance annuelle de la population), une productivité et une compétitivité parmi les meilleures du monde (actuellement la deuxième mondiale loin devant l'Allemagne [13e] ou la France [26e] selon les statistiques du World Economic Forum), grâce aussi à un effort soutenu de formation, d'innovation et à la flexibilité comme la mobilité de sa main-d'oeuvre, les Etats-Unis conserveront une nette avance sur la Chine et sur l'Inde et creusent l'écart avec l'Europe. Avec un PNB/habitant d'environ 55 000 $, le revenu de l'Américain moyen serait en 2020, 1,5 à 2 fois supérieur à celui de l'Européen ; cinq fois plus élevé que celui du Chinois et neuf fois supérieur à celui de l'Indien (environ 6 000 $/h).

La Chine sera indiscutablement la seconde puissance économique mondiale avec un PNB de quelque 14 trillions de dollars, trois fois plus élevé qu'aujourd'hui.

Bien sûr cela suppose qu'au-delà des aléas inévitables à court terme, aucune crise sociale majeure ne remette en cause les dynamiques de long terme : ouverture progressive sur l'extérieur, accroissement de la consommation intérieure, forte croissance des investissements notamment étrangers, ou encore amélioration rapide de la qualification de la population active chinoise (on trouve déjà en Chine les mêmes ingénieurs et techniciens qu'en Occident et en plus grand nombre que dans les grands pays européens). La Chine sera en 2020 encore plus qu'aujourd'hui l'atelier industriel du monde.

Paradoxalement, l'un de ses handicaps sera le vieillissement de sa population, à l'impact décalé de sa «one child policy». Vers 2020, l'âge médian en Chine sera d'environ 40 ans, plus élevé qu'aux Etats-Unis.

La troisième puissance économique mondiale sera l'Inde, loin derrière les deux premières, avec un PNB d'environ 7 trillions de dollars.

L'Inde devrait être le champion incontesté en terme de croissance en raison de sa démographie, le très bon niveau de qualification de sa main-d'oeuvre, sa facilité à s'intégrer dans le jeu économique mondial grâce à la maîtrise de l'anglais d'une fraction importante de sa population et grâce aussi à sa maîtrise du développement des technologies de communication, Internet notamment. Si la Chine peut être présentée comme le futur atelier industriel du monde, l'Inde en sera à coup sûr l'une des grandes sociétés de service.

En Europe, l'Allemagne, la France, comme l'Italie et le Royaume-Uni devraient perdre du terrain dans la compétition mondiale avec un PNB par pays de 2 à 2,5 trillions de dollars.

Si les pays européens restent des pays riches en se référant au PNB par habitant (32 500 $ environ), leur poids relatif décline avec leur démographie, et avec la faiblesse de leur croissance (presque 2 fois moins en tendance qu'aux USA). Des pays comme l'Espagne ou l'Irlande connaîtront un développement supérieur à la moyenne européenne, grâce à l'ouverture de leurs économies sur l'extérieur, au dynamisme de leurs investissements, à de bonnes perspectives démographiques et à des politiques d'immigration efficaces. L'Irlande, par exemple, aura en 2020 le second PNB par tête du monde, juste derrière les USA. Le poids accru de ces nouvelles étoiles dans le concert européen ne sera cependant pas suffisant pour compenser le recul des champions historiques qui subiront de plein fouet le poids de charges sociétales lourdes et une démographie déclinante.

Ce constat ne peut nous laisser indifférents et suggère un certain nombre de remarques, il est aussi un appel à l'action. Il y a d'abord une bonne nouvelle : la résilience et la performance des Etats-Unis. En effet, une inquiétude majeure des milieux économiques et financiers aujourd'hui est la montée des déficits américains et la crainte de voir le système monétaire imploser avec une chute accélérée du dollar, qui déboucherait sur une grave crise économique mondiale.

En réalité parce que les Etats-Unis resteront la superpuissance mondiale des 2 prochaines décennies, le dollar a encore de beaux jours devant lui, comme monnaie de réserve internationale et de ce fait, le déficit de la balance courante américaine dès lors qu'il restera maîtrisé, pourra être financé, ce qui devrait nous éviter une crise internationale majeure.

Autre conclusion : les pays européens doivent sans tarder, reconstruire un projet politique pour retrouver une réelle dynamique d'intégration. Sans cela, individuellement, nous serions tous relégués en troisième division. Nous devons tout faire pour inverser les tendances actuelles, en mobilisant nos atouts : nos infrastructures, nos capacités de recherche et développement, nos «rules of law», la profondeur et l'efficacité de nos marchés financiers, l'importance de notre épargne... Nous devons valoriser tout cela au maximum pour compenser nos handicaps : une démographie stagnante et un manque de flexibilité de nos structures sociales.

Pour prendre un seul exemple dans les technologies du futur : nous maîtrisons parfaitement en France les technologies du nucléaire. C'est un avantage considérable, le nucléaire étant le pétrole de demain. Beaucoup d'autres domaines relèvent de la même logique : les biotechnologies, les technologies de la communication et de la connaissance, la pharmacie, la santé, etc. Nous devons nous mobiliser totalement sur ces enjeux à partir de projets européens.

Quels que soient les aléas du processus d'approbation d'une Constitution européenne aujourd'hui en panne, rien n'empêche nos gouvernements de promouvoir des projets concrets, alliant volonté politique et moyens budgétaires. C'est comme cela que seront relancés la dynamique européenne et le projet politique qui nous manquent.

Oserais-je dire enfin que pour surmonter le handicap démographique de l'Europe dans les années à venir, il nous faudra définir et mettre en oeuvre une politique d'immigration maîtrisée. Malgré la sensibilité du sujet, nous ne devons pas sous-estimer le rôle déterminant qu'auront à l'avenir les structures des populations, et notamment leur âge moyen et leurs qualifications, dans la croissance des grandes zones géographiques du monde. C'est aussi un des défis majeurs à relever en Europe.

* Président du groupe Deutsche Bank en France.

© Watching America all rights reserved. Disclaimer